mardi 3 mai 2016

La révolution de la culotte

Mes zibelines à poils soyeux,
aujourd'hui on va parler culottes...

Avant, quand l'homme habitait dans des cavernes, la mode était plutôt du genre slip en peaux de bêtes à poils longs pour tout le monde, mais ça c'était avant... quand y'avais encore des zibelines... du coup maintenant y'en n'a plus beaucoup (des zibelines) alors on fait vachement gaffe et on fait des toutes petites braies de dessous dans des tissus super techniques.

Y'en a pour tous les goûts, dans des modèles divers et variés, adaptés à ton mode de vie et tes activités physiques, classé par catégories : sexy, confortable, glamour, spécial sport ou basique... 
Celles-ci sont sous-classées grâce à des noms rigolos : shorty, panty, string, tanga, slip, slip kangourou, bloomer, boxer, bermuda... 
Mais bon au delà du côté esthétique des mots et des présentations, la culotte a quand même un côté pratique qu'il ne faut pas oublier...ce qui peut être un peu perturbant et beaucoup moins drôle, quant tu cherches le modèle qui ira bien, c'est à dire celui qui ne te fait pas le "pépin" entre les fesses, qui ne te boudine pas, qui ne gratte pas... et que tu te sens bien dedans en toutes circonstances.

Alors aujourd'hui, j'avais envie de vous dire la vérité vraie sur la culotte : 
On vous a menti... (et oui encore !) on vous a menti, parce que ce n'est pas la culotte qui est sexy ! (et aussi le père Noël n'existe pas ! ) et non... 

(Petite pause le temps de vous laisser réaliser la supercherie)

Ben non ! Ce qui est sexy c'est la personne qui porte la culotte... ou pas... rien a voir avec la morphologie d'ailleurs, donc c'est plutôt la manière de porter la culotte qui doit être prise en compte et pas le bout de tissu qui à pour fonction primaire de cacher le sexe !

Voilà c'est dit, je sais que ce n'est pas facile à entendre, il va falloir réapprendre à porter la culotte, ça va prendre du temps... mais pour de vrai, que tu aimes les toutes petites culottes ou les très grandes culottes, c'est toujours toi pareil dedans... 
Ce n'est pas la culotte qui te sublimera, mais c'est toi qui sublimera la culotte et on peut tromper une fois mille personnes, mais on ne peut pas tromper mille fois... non, c'est pas ça... 
Culotte qui roule n’amasse pas mousse... non plus... 
La braie de dessous ne fait pas le moine et en plus, faut pas pousser les déculottés dans les orties ?!! (ça pique) 

Bref, j'ai cousu des braies de dessous que j'ai testé pour toi et y'a pas de pépin, c'est cool, c'est du tissu coton/élasthanne, c'est doux et t'es bien dedans.

Si tu veux, tu peux les rendre belles en les portant !













Bisous, à bientôt !



vendredi 8 janvier 2016

Allons-y !


2015… voilà c’est fini… et j’ai envie de dire « ouf ! »


Pour 2016… je ne te souhaite pas d’avoir plein de pognon pour t’acheter plein de trucs… non, faut arrêter avec ça maintenant ! On a déjà tout pourri en voulant se créer le meilleur des mondes…

Je te souhaite une bonne santé, de la joie, des rires, de l’humour, des fêtes, des spectacles, des concerts, des rencontres, des échanges, de la solidarité, de la douceur, beaucoup d’amour…


Je te souhaite aussi d’être un peu dingue, la dinguerie légère, ça aide à survivre !
Je te souhaite de créer de belles choses.


Je te souhaite de lutter pour nos libertés. De ne pas baisser la tête (c’est dangereux quand on est dans la merde).  De montrer ton cul à tous ceux qui voudront te baisser le froc !
De te mettre en colère… je parle de la colère de celui qui se révolte contre la déshumanisation, l’injustice, la barbarie, l’avidité du pouvoir et toutes les misères environnementales que l’on inflige à la nature, une colère seine pour ne pas tomber dans la haine aveugle qui anime déjà trop le monde.
Je te souhaite de prendre le temps, le temps de lire, de réfléchir,  de ressentir, de chercher la vérité, de vérifier les informations qui circulent, d’écouter sans juger, de pouvoir changer d’avis, de savoir expliquer tes idées sans chercher à convaincre.
Je te souhaite d’être différent de ce reflet que les médias nous renvois.


Je souhaite que l’on prenne soin de nos enfants tous ensemble, qu’on leur apprenne à prendre soin les uns des autres, que les mots : empathie, respect, humanité fassent partie de leur vocabulaire et qu’ils les entendent plus souvent que les mots : guerre, terrorisme et peur…


Je nous souhaite de nous occuper toujours un peu plus de la beauté de ce monde de manière objective, avec conviction et je partage (encore) ce texte de Fred Vargas, parce que « nous y sommes » … toujours un peu plus !




« Nous y sommes »
Fred VARGAS (archéologue et écrivain)

Nous y voilà, nous y sommes.
Depuis cinquante ans que cette tourmente menace dans les hauts fourneaux de l’incurie humaine, nous y sommes. Dans le mur, au bord du gouffre, comme seul l’homme sait le faire avec brio, qui ne perçoit la réalité que lorsqu’elle lui fait mal.
Nous avons chanté, dansé. Quand je dis « nous », entendons un quart de l’humanité tandis que le reste était à la peine.
Nous avons construit la vie meilleure, nous avons jeté nos pesticides à l’eau, nos fumées dans l’air, nous avons conduit trois voitures, nous avons vidé les mines, nous avons mangé des fraises du bout du monde, nous avons voyagé en tous sens, nous avons éclairé les nuits, nous avons chaussé des tennis qui clignotent quand on marche, nous avons grossi, nous avons mouillé le désert, acidifié la pluie, créé des clones.
Franchement, on peut dire qu’on s’est bien amusés.
On a réussi des trucs carrément épatants, très difficiles comme faire fondre la banquise, glisser des bestioles génétiquement modifiées sous la terre, déplacer le Gulf Stream, détruire un tiers des espèces vivantes, faire péter l’atome, enfoncer des déchets radioactifs dans le sol, ni vu ni connu. Franchement, on s’est marrés. Franchement, on a bien profité. Et on aimerait bien continuer, tant il va de soi qu’il est plus rigolo de sauter dans un avion avec des tennis lumineuses que de biner des pommes de terre.
Certes. Mais nous y sommes. On n’a pas le choix. C’est la mère Nature qui l’a décidé, après nous avoir laissés jouer avec elle depuis des décennies. La mère Nature, épuisée, souillée, exsangue, nous ferme les robinets. De pétrole, de gaz, d’uranium, d’air, d’eau.
Son ultimatum est clair : sauvez-moi ou crevez avec moi.
Évidemment dit comme ça, on comprend qu’on n’a pas le choix, on s’exécute illico… et même, si on a le temps, on s’excuse, affolés et honteux.
D’aucuns, un brin rêveurs, tentent d’obtenir un délai, de s’amuser encore avec la croissance. Peine perdue.
Il y a du boulot, plus que l’humanité n’en eut jamais.
Nettoyer le ciel, laver l’eau, décrasser la terre, abandonner sa voiture, figer le nucléaire, ramasser les ours blancs, éteindre en partant, veiller à la paix, contenir l’avidité, trouver des fraises près de chez soi, en laisser au voisin, relancer la marine à voiles, récupérer le crottin, pisser dans les champs (pour le phosphore, on n’en a plus, on a tout pris dans les mimes, on s’est quand même bien marrés). S’efforcer. Réfléchir même.
Et sans vouloir offenser avec un terme tombé en désuétude, être solidaire.
Avec le voisin, avec l’Europe, avec le monde.
 Pas d’échappatoire, allons-y.
 Encore faut-il noter que récupérer le crottin, et tous ceux qui l’on fait le savent, est une activité foncièrement satisfaisante. Qui n’empêche en rien de danser, le soir venu, ce n’est pas incompatible. À condition que la paix soit là, à condition que nous contenions le retour de la barbarie, une autre des grandes spécialités de l’homme, sa plus aboutie peut-être.
À ce prix, nous réussirons la troisième Révolution. À ce prix, nous danserons, autrement sans doute, mais nous danserons encore.




















mercredi 21 octobre 2015

Pochatrucs de luxe ou pas...



Les députés ont rejeté l'amendement sur la taxe des protections hygiéniques féminines :
on peut donc continuer à se payer le luxe d'avoir nos règles tous les mois !
Parce que mieux que le foie gras ou la truffe, les pataculs sont et resteront des produits de luxe.

Bref, j'ai des chutes de tissus à recycler, j'ai donc pensé que c'était le moment idéal pour me lancer dans la confection de pataculs de luxe et durables :

La Nénette : patacul série spéciale (de luxe) pour Princesse Ragnagna 


- Dessus en jersey coton doux de couleur girly (fond rose et fleur rouge effet tâches) avec barrières anti-fuites en dentelles élastiques
- Intérieur en éponge bio hyper super méga absorbante
- Dessous en tissu imperméable à paillettes (fête du slip garantie)
- Pattes de fixation avec scratch autocollant qui se décollent (comme les vraies)

Mais bon, je vous avoue que c'est assez pénible à faire et au niveau créatif... je me sens un peu limitée...

Alors j'ai préféré me lancer dans une série de pochettes (ça fait tout de suite plus classe que des "trousses")


Bah ouais quand même faut pas déconner, un produit de luxe en vrac dans un sac de fille, ça fait pas sérieux.
Prenons soin de nos pataculs : protégeons nos protections ! Et rangeons-les dans des pochettes.

Ceci dit... en fait, vous y mettez bien ce que vous voulez dedans et toi l'homme qui passe par ici, je ne t'oublie pas, la pochatrucs n'étant pas réservée aux filles, tu peux aussi t'en servir pour y ranger les bidules de ton choix !

Si toi aussi tu veux ta pochatrucs, clic ici


"La propreté est le luxe du pauvre : soyez sale" (Françis Picabia)










dimanche 18 octobre 2015

Le temps ne fait que passer ...


"On dit que le temps change les choses, mais en fait le temps ne fait que passer et nous devons changer les choses nous-mêmes"  Andy Warhol

On peut changer les choses en changeant notre façon de consommer, redonner un petit coup de jeune à des vêtements de seconde main en fait partie.

S'ils ont déjà été portés et qu'ils sont encore là, c'est qu'ils sont solides, alors profitons-en pour leur donner une nouvelle vie... encore !

Bien sur chaque recyclage et chaque reconstruction est unique et originale, ce qui laisse beaucoup de place à la créativité.
Recycler des vêtements ne demande pas moins de travail que la confection.
Chaque vêtement est tout d’abord lavé, la plupart entièrement démonté pour pouvoir faire les modifications souhaitées, puis remonté.
Il y a aussi un gros travail sur la recherche d'association de matières et de réflexion sur le "comment elles vont continuer à vivre et à vieillir ensemble", ce qui nécessite parfois un deuxième lavage pour vérifier la bonne tenue.
Et enfin la customisation a une place très importante, il ne suffit pas de boucher un trou, de reprendre une couture ou d'ajouter une pièce de tissu pour que le vêtement soit transformé.
Tout cela prend du temps et il y a toujours des surprises, parfois la réalisation finale ne correspond pas du tout à mon idée de départ, il faut s'adapter et chercher des solutions.

Voici les photos de mes dernières créations recyclées :












Ces créations sont en vente dans ma boutique ALM (avec tout plein d'autres choses à découvrir), tu peux cliquer sur le lien pour la visiter 

PS : ... tu as le droit aussi d'en parler à tes amis, à ta famille ou à la terre entière en utilisant des moyens de communication comme : les signaux de fumée, la télépathie, le regard ou la correspondance écrite ! Mais tu peux aussi le faire oralement : chuchotements, cris ou chansons. Merci d'avance pour ta participation !




dimanche 30 mars 2014

Carnaval !

Petit retour en arrière sur le travail qui m'a bien occupé en février !


Voilà, à peu près : 24 pantalons, 18 hauts pour femmes, 15 jupes, 14 t-shirts hommes, 60 étoiles montées sur épingles à nourrices, une vingtaine de paires de mitaines-manchettes et quelques accessoires.

Des nouveaux costumes pour la Pulsabatouk (batucada) :



La première étape a donc été de choisir des modèles adaptés. J'ai fait des propositions en dessins et chacun a choisi un modèle qui lui plaisait.
La difficulté a été ensuite de trouver les tissus qui allaient bien dans les couleurs qu'ils voulaient. Il se trouve que cette étape a donc fait évoluer aussi les modèles, afin de les adapter à la qualité des tissus trouvés.
Je ne vous cache pas qu'il a fallu que je reste enfermée dans l'atelier à peu près 10 heures par jours la dernière semaine afin de finir tout ça dans les temps et que le dernier paquet avec des accessoires leur a été livré directement à l'hôtel où ils logeaient pour leur participation au carnaval : OUF !!!
Mais je me suis régalée et j'ai vraiment apprécié le contact et la confiance autour de ce projet, une très belle expérience ! Merci la Pulsa !


Dans les jours à venir je continue dans ma lancée de costumes et je continue avec une autre batuc, je vous raconterai bientôt !


Entre temps, j'ai remis mon nez dans les retouches et les commandes qui commençaient à bien s'entasser...


Et puis, il y a eu le carnaval du village, thème : le printemps, une belle occasion pour coudre de nouveaux costumes à mes filles.